18 ans de bons et loyaux services au rallye du Pays Basque à vanter ce parcours atypique et pourtant c'est peut-être un des rallyes ou nous enregistrons le plus d'abandons.

Il me semble avoir abandonné une fois avec la M3 groupe N (levier cassé dans les mains), 1 rare sortie de route avec la M3 groupe A et un abandon toujours avec la groupe A alors que la victoire était largement envisageable (moteur cassé), abandon 1 fois avec la Compact mais la faute au pilote pas en bonne condition physique et 1 de plus l'année dernière avec une gestion réglée trop riche sur la Compact nouvelle version.

Compact chez Puyodebat

 

Évidemment de très bons souvenirs aussi et comme Alain l'a bien spécifié sur le message précédent, quelques bonnes places au général et pour l'équipe de très bons souvenirs au niveau sportif, et d’excellents sur le plan personnel avec notre premier rallye ensemble avec Laëtitia en 2008. Et même si ce n'était pas une réussite au niveau résultat, le reste qui a suivi, a prouvé que le choix était le bon.

Pour revenir sur le rallye, toujours un nombre d'engagés limité (sûrement le côté excentré de la France, la date on ne sait pas, le parcours trop difficile ?), mais les courageux et habitués savent à quel point ce rallye est exigent et difficile pour les hommes (pilote et copilote surtout) et les mécaniques.

Helette 2

Un grand favori avec François Hirigoyen qui va toujours très vite sur ce terrain et la meilleure voiture du plateau mais pour autant pas si simple que ça de prendre la mesure d'une nouvelle auto qui plus est de location.

Autre favori, également local, Christophe Duigou déjà vainqueur ici et quelques outsiders dont Lionel Jacob toujours très performant et habitué des grandes épreuves du championnat de France, le retour de Yohan Dupouy avec une très belle 306 au look très réussi de kitcar, la venue de Fred Purrey qui n'a pas toujours l'occasion de se libérer à cette époque de l'année et quelques pilotes du cru toujours aussi véloces sur leurs terres.

Parti sur un rythme un peu mou (5 ème) sur la spéciale connue de Pessarou mais à l'envers, nous nous faisons atomisés par Yohan qui claque un super chrono avec le scratch de plus de 8 secondes devant Christophe pourtant devant sa porte; François 3 ème temps et Fred 4 ème et déjà l'abandon de Lionel (bloc moteur fendu).

Décidément sur un faux rythme, ce ne sera que le 7 ème temps dans Helette pourtant connu pour nous.

Helette

La deuxième boucle sera un peu meilleure mais rien de percutant et j'avoue que je n'ai jamais aimé tourner à l'envers sur une spéciale, on croit connaître mais pour autant rien n'est évident et les virages connus sont complètement différents.

François Hirigoyen a pris la mesure de son auto et enchaîne maintenant les temps scratch, Christophe Duigou se maintient dans son sillage et malheureusement Fred Purrey se fait piéger à haute vitesse dans Helette et endommage la Mitsubishi (heureusement sans gravité pour l'équipage).

Dans la 3 ème boucle, c'est Yohan Dupouy qui est contraint à l'abandon victime de sa direction assistée. Il aura prouvé que sa nouvelle auto était bien née et qu'il faudrait compter sur son coup de volant pour venir se mêler à la lutte pour le groupe et le scratch.

De nuit, première fois pour nous avec nos 2 rampes led et si d'habitude on arrive à faire des bons temps dans ces conditions, il nous faudra quand même aller au bout de la réglementation avec deux rampes supplémentaires pour compenser l’acuité visuelle descendante (qui a dit avec l'age !?).

DSC_0175

En parlant de ça, on peut noter le très bon chrono d'Eric Sauteur dans l'ES de nuit d'Oregue. Et oui ! Avec Eric, on commence à faire partie des anciens combattants et si les chronos sont parfois derrière les petits jeunes aux dents longues, ils sont toujours réguliers, et au classement final jamais ridicules. (et toc !)

En parlant de jeunes, en voici un que nous avions repéré depuis quelques temps avec toujours de bons chronos et quelque soit le terrain : Nicolas Radet, bien épaulé par l'expérimenté Cédric Nicoleau, ils sont 4 ème, juste derrière nous (10, 7 secondes nous séparent) au soir et une troisième place leur conviendrait bien.

C'est avec satisfaction que nous allons nous coucher mais j'avoue avoir regardé plusieurs fois sur mon téléphone la nouvelle (pour nous) spéciale de Cambon Macay plus adaptée aux petites autos qu'à notre Compact.

Le lendemain, tellement pressé de voir ce nouveau chrono que j'y pars directement et heureusement que mon fidèle Patrick me surveille pour me rappeler à l'ordre sur le routier et me signifier que nous commençons par Pascoenia.

Au départ du chrono, ça chambre avec les petits jeunes et moralement, il vaudra mieux être devant !

A l'arrivée, je vois la banane d'Alain et je comprends de suite que nous sommes dans le coup : Temps scratch et 2.7 s devant Nicolas et Cédric : Oufff ! c'et bon pour le moral, pour le notre en tout cas.

Pascoenia

Attention maintenant à la courte spéciale très particulière de Cambo ou les 3 passages en recos à vitesse réduite ne nous permettent pas du tout de prédire comment négocier les courbes mais surtout les nombreux sommets délestant l'auto.

Depuis la veille, et vu les chronos qu'ils ont réalisés dans Helette et qu'ils ont déjà parcouru 4 kms sur 5 kms en course, je suis persuadé qu'ils vont être devant et à l'arrivée du chrono réalisé à mon goût trop lentement, j'annonce à Nico qu'ils vont nous coller 5 ou 6 secondes. Perdu, nous réalisons le 2 nd temps scratch à 6 dixièmes de François qui évidement se doit d'assurer sa position et devant Nicolas pour 1.7 seconde.

Sourire pour nous et l'assurance que si nous ne faisons pas de faute le podium devrait rester dans notre escarcelle en sachant moralement que nous sommes devant dans les 2 chronos.

Regroupement, assistance toujours impeccable avec les bons choix de pneus (Merci Papa, Jojo, Patrice, PatrickNico, Alain), le ravitaillement avec Laeyan, Patoche, Karine Bombeau et évidement Laëtitia qui pense à tout même quand elle n'arrive pas à être dispo.

On repart pour la dernière boucle avec un petit pécule de 14,7 secondes sans avoir droit à la moindre faute mais normalement c'est dans nos cordes.

29

nd temps scratch dans Pascoenia derrière François mais surtout 5,3 secondes devant Nicolas et Cédric.

20 secondes nous séparent au terme des 10 chronos et plus que le dernier long de 5,7 kms qui devrait être une formalité pour monter sur le podium et repartir avec le jambon.

C'était sans compter sur la mécanique et cette fichue courroie de pompe à eau et altenateur qui nous lâche au départ de la dernière.

Mais nous ne sommes pas dans un sport comme les autres et la solidarité fait le charme de notre passion favorite ou le chrono est le seul juge de paix pour les compétiteurs que nous sommes.

Pourtant juste derrière, Nicolas Radet nous prête une courroie, Eric Sauteur mais les mains dans le moteur, et Laurent Zambon nous prête ses outils.

La courroie est trop longue et nous allons effectuer le chrono le plus lent de notre carrière pour essayer de la conserver sans qu'elle saute et pas sans frayeur car c'est à cette vitesse que nous nous sommes fait les 2 plus belles chaleurs du rallye, preuve que ce rallye ne permet pas de se promener au risque de vraiment subir l'auto au lieu de la dominer.

A l'arrivée, c'est l'interrogation on lâche 16,4 secondes sur notre tour précédent mais malgré leur bon chrono, nous finissons devant pour 2 secondes.

Et là, impossible de redémarrer du point stop ! Plus de jus !

Obligés de se faire tracter pour rentrer en parc, merci Mathieu Palacio et son collègue à la 206 pour la première partie et Julien Zambon et Jean-Laurent Ducom pour la seconde partie : Un grand merci à eux.

On fini 4 ème, c'est déjà inespéré et Nicolas et Cédric méritent amplement leur podium.

Un grand merci à tous ceux qui ont l'esprit rallye, et si je me rappelle avoir dépanné Thierry Dacruz (un autre basque) au rallye des côtes de Garonne, il y a longtemps alors qu'il était juste devant nous, je me rappelle aussi que Yohan Dupouy nous a aidés à redémarrer avec Laëtita ce qui nous a permis de gagner le rallye.

Les histoires sont nombreuses et le rallye par son mode de fonctionnement au chrono permet à tous cette entraide positive.

Cette année encore, notre Jojo a dépanné l'équipage Pion à la Fougère et Cédric Orillac aux côtes de Garonne... Et certains, bien informés, sont aussi au courant que nous avons dépannés ce même Cédric et sa femme de façon moins avouable lors du Bac en début de saison ;-)))

es 8 Lacouture Reigniez Pascoenia